Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Loading
  • Grossesse / Maternité

    IMG et féminité #3

    img

    Voici enfin le dernier article qui viendra boucler le sujet « IMG et féminité « . J’ai mis du temps avant d’écrire ce dernier post car il me fallait avancer de mon côté et vivre pleinement mon deuil, le temps de l’après IMG. Ce temps n’est pas fini, il ne le sera sans doute jamais mais je ressens le besoin de clôturer aujourd’hui le chapitre grossesse pour ne me focaliser que sur les souvenirs positifs et laisser le médical derrière moi. J’ai d’ailleurs eu mon rdv post accouchement il y a quelques jours et il marquait la fin d’une période. En tout cas c’est comme cela que je l’ai vécu…Maintenant s’ouvre et commence une nouvelle étape!

    Les dernières étapes de l’Interruption Médicale de Grossesse.

    Malgré tous nos espoirs (et il y en a eu!) – résultats négatifs de l’amniocentèse – un bébé qui continue « à bien » se développer et à grandir normalement – le dernier examen a confirmé les soupçons du corps médical : notre bébé souffrait d’un syndrôme poly-malformatif. En effet, lors de l’IRM les médecins ont décelé qu’une partie du cerveau ne s’était pas bien développée et était beaucoup trop petite par rapport à la normale. Nous avions donc une cardiopathie lourde, des oreilles à l’aspect externe « anormal » (mal ourlées) et un vermis très petit. Il n’était plus question de savoir quelle maladie avait notre bébé mais y avait de multiples malformations reconnues et le risque était grand qu’il y en ait davantage à la naissance. Sa prise en charge médicale serait sans aucun doute lourde et incertaine…

    L’annonce du diagnostic

    A l’annonce de cette ultime malformation du cerveau, nous savions mon mari et moi quelle serait l’issue de la grossesse. Nous en avions beaucoup parlé pendant les semaines précédentes, il était hors de question pour nous de risquer de faire souffrir notre enfant. Nous nous sentions même incapables de le voir souffrir. Nous l’aimions déjà tellement!

    Bien sur lors de l’entretien qui suivit cette annonce, on nous a proposé officiellement pour la première fois -bien qu’elle ait été plusieurs fois abordée- l’interruption médicale de la grossesse. Mais pour nous il ne s’agissait plus de grossesse mais bien de la vie de notre enfant. Le terme ne collait pas du tout avec la réalité de la décision que nous devions prendre. Ce fut incroyablement dur et compliqué de décider d’un acte qui nous semblait si violent. Pourtant je le sais aujourd’hui, ce fut un acte d’amour, aussi cruel et douloureux soit-il.

    La décision

    Nous avons pris notre décision assez rapidement après l’annonce (le temps d’un week-end) mais il était important pour nous de choisir quand l’accouchement aurait lieu. L’équipe médicale nous assurait que cela pourrait être programmé rapidement mais au contraire, nous souhaitions prendre notre temps. Nous voulions avoir encore une semaine et tout un week-end pour profiter des derniers moments à trois ensemble. Nous allions emmener Eliott à la mer! 🙂

    Ces 10 derniers jours ont été incroyablement beaux et riches. On a profité de chaque moment pour se créer des souvenirs en famille. Cela fut aussi pour moi l’occasion de discuter avec mon bébé, de lui expliquer ce qui allait se passer, de lui dire combien on l’aimait. Je voulais qu’il sache qu’on prenait cette décision pour lui, pour lui épargner une vie de souffrance. Car nous, je le savais, serions meurtris à jamais par cette décision. Nous allions souffrir, c’était évident, mais il le fallait, pour lui. C’était notre devoir et notre fardeau de parents.

    L’IMG

    Et le jour de l’Interruption Médicale de Grossesse est arrivé. Il s’agissait du jour le plus douloureux de ma vie sans doute et pourtant j’étais impatiente de rencontrer mon petit garçon! J’allais mettre au monde mon bébé, même si celui-ci ne devait rien connaître de ce monde.

    Un accouchement presque normal

    Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’IMG ne se fait pas par césarienne. Il s’agit d’un accouchement par voie basse, presque classique bien que déclenché. Ca peut sembler affreux, mais finalement cela a tout son sens. En tant que femme, on doit physiquement et psychologiquement accoucher de notre enfant; c’est ce qui nous fait pleinement devenir mère. J’ai donc du participé activement à mon accouchement (il aura duré 10 heures!). Eliott se présentant en siège, malgré la douleur (surtout morale) et l’énergie que ça m’a demandé sur le moment, je suis heureuse aujourd’hui d’avoir fait ces derniers efforts pour accueillir notre enfant.

    La rencontre avec son enfant

    Nous avions choisi de voir notre bébé après l’accouchement (tous les parents ne le souhaitent pas) et j’avais demandé à ce qu’on me le dépose dans les bras dès sa venue au monde. Malgré le choc de rencontrer son enfant dans ces conditions, ce fut une réelle belle rencontre. Nous avons pu l’embrasser, le câliner, remarquer ses traits et sa ressemblance avec nous. Oui, il faisait partie de nous, de notre vie. Nous avions crée notre famille,.

    Je suis pleinement devenue mère à ce moment là: à mes yeux, aux yeux de mon mari et de ma famille. Grâce à cette rencontre, la plus belle de notre vie, nous avons pu réintégrer notre rôle de parents, l’endosser pleinement.

    Renouer avec sa féminité

    Cet événement au delà de toute la douleur et de la souffrance qu’il a engendré, m’a beaucoup appris. Bien sur il me reste un long chemin à parcourir. Il faut que je renoue avec la femme « honteuse » en moi, que je lui pardonne et que je lui ôte ce poids qu’elle porte inutilement. Il faut que je me réapproprie ce corps souffrant et déformé de l’après accouchement. Alors peut-être qu’après ça, je pourrais enfin ressentir à nouveau le droit d’être mère.

    Et quand bien même, j’ai pris conscience que je pouvais être femme au delà de ma capacité à enfanter. Et je pense alors à toutes ces femmes qui ne peuvent pas ou ne veulent pas à être enceinte. Cela ne vous définie pas en tant que femme! Vous êtes femmes bien en amont et bien au delà de la maternité!

    Healthy Pandicorn

    Cet article est bien plus condensé que ce que j’avais écrit sur mon petit cahier initialement. Je ne me retrouvais plus dans les angoisses et les mots que j’avais alors notés il y a quelques semaines…signe positif que les choses évoluent. Certains blocages se sont dénoués, certaines idées balayées, d’autres pleinement acceptées…

     

  • Vous pourriez aimer

    1 Comment

  • Répondre Mon "avant-après" ventre plat après grossesse - Healthy Pandicorn 17 octobre 2018 at 22 h 23 min

    […] les filles! Après la grossesse et son issue, une des premières façons de rebondir pour moi a été la reprise du sport. Seulement, […]

  • Laissez une réponse